Découverte de Vénus

 

retour à la page Vénus

--- --- --- --- ---

>>> Un astre notable
>>> La découverte de ses phases
>>> La découverte de son atmosphère

--- --- --- --- --- --- --- ---

Un astre notable

Tout commme sa "voisine" Mercure, Vénus ne s'éloigne jamais beaucoup de notre étoile. Mais du fait de son éclat très vif, la planète est l'un des astres les plus lumineux du ciel. Hormis la Lune c'est le seul astre qui parvient à projeter des ombres sur Terre la nuit et le seul qui soit visible à l'œil nu même le jour. Les apparitions à la fois tardive et matinale de Vénus trompèrent les premiers observateurs qui pensaient qu'il y avait en fait deux astres distincts auxquels ils donnèrent les noms de Hesperos (occident/crépuscule) et Phôsphoros (du grec phôs, "lumière", et phoros, "qui porte"). Aujourd'hui encore, les gens continuent d'appeler la planète tantôt l'étoile du soir, tantôt l'étoile du matin ou l'étoile du berger selon le moment de son apparition.

Vénus fut placée en troisième place par ordre de distance à la Terre par les Anciens, se situant après la Lune et Mercure. C'est dans le système copernicien que la planète pris sa "bonne" place, c'est-à-dire en seconde en partant du Soleil dont elle est distante de 108 millions de kilomètres.

retour haut de page

--- --- --- --- ---


La découverte de ses phases

Galilée fut le premier à étudier la planète Vénus. Et, en 1610, à l'aide de sa lunette, il en observa les phases. Celles-ci montrent que Vénus se situe soit entre la Terre et le Soleil, soit au-delà du Soleil. Ce phénomène est en accord avec les prévisions du système copernicien mais en désaccord avec le système ptolémaïque qui prévoyait une position stable dans la région du ciel comprise entre la Terre et le Soleil. Dans ce dernier cas, la planète aurait dû présenter toujours et uniquement une phase croissante et illuminée sur plus de la moitié. Les observations des phases de Vénus par Galilée apportèrent une contribution décisive à la théorie héliocentrique.

retour haut de page

--- --- --- --- ---


La découverte de son atmosphère

L'observation de détails sur le disque de Vénus s'avère très difficile car seules des ombres apparaissent à proximité du terminateur qui n'autorisent pas obligatoirement d'interprétation physique. Francesco Bianchini étudia activement Vénus durant les premières décennies du 18e siècle et fut l'un des premiers à pouvoir les décrire. Le gros problème pour les observations est que les détails sur la planète ne sont pas visibles en permanence car sa surface est recouverte d'une épaisse couche de nuages. L'existence d'une épaisse atmosphère enveloppant Vénus fut d'ailleurs mise en évidence lors du transit de Vénus sur le Soleil en 1874. A cette occasion, le disque obscur de la planète juste avant son entrée sur le Soleil apparut entouré d'un anneau lumineux ténu qui resta visible tant que la planète ne s'éloigne pas de plus de un degré du Soleil, puis reprit ensuite son apparence de demi-lune.

En 1932, W. Adams et T. Dunham découvrirent, à partir d'études sur le spectre de la planète, que au-dessus des nuages de Vénus s'étend une atmosphère de densité notable où prédomine l'oxyde carbonique. Et en 1960 Broyer démontra que l'atmosphère tournait autour de Vénus dans le sens rétrograde avec une période d'environ quatre jours. Ce phénomène fut confirmé grâce aux observations menées en 1965 et aux études effectuées par les sondes interplanétaires.

retour haut de page

--- --- --- --- ---

retour à la page Vénus

--- --- --- --- ---